L’association dASA prépare un projet autour de l’auto-réhabilitation accompagnée à Brioude

https://www.lamontagne.fr/brioude-43100/actualites/l-association-dasa-prepare-un-projet-autour-de-lauto-rehabilitation-accompagnee-a-brioude_13749836/

L’association brivadoise dASA se penchera sur l’auto-réhabilitation accompagnée en 2020 : faire intervenir des artisans dans des projets de rénovation autonomes.

L’association Développement animation sud Auvergne (dASA), réunie vendredi 14 février en assemblée générale dans ses locaux de la rue de la Pardige, s’est notamment penchée sur ses actions 2020. En plus des activités culturelles, de ses missions de formation et d’aides déjà bien connues (boutique d’initiatives, accompagnement autour de l’habitat, services civiques…), la structure travaillera au développement d’un nouveau projet : « l’expérimentation de l’auto-réhabilitation accompagnée (ARA) » de l’habitat, explique Clémence Hervieu, animatrice formatrice à dASA.

Faire intervenir un artisan dans une rénovation autonome

L’idée est de faire bénéficier les personnes intéressées de l’appui de l’association sur un projet de chantier, pour la sollicitation d’aides, la mise en place du chantier et un accompagnement par un artisan qui viendrait ponctuellement épauler le porteur. Et Clémence Hervieu d’insister sur le fait qu’il ne s’agit pas de retirer du travail aux artisans : L’ idée, c’est au contraire d’aller taper aux portes de ceux qui n’iraient pas vers un artisan et auraient tendance à tout faire seul.

Elle détaille ensuite le type d’intervention que pourrait assurer un professionnel à l’occasion de « petits travaux. Le plus fréquent, dans ce qui se fait déjà en France, c’est de l’isolation. »

Et Clémence Hervieu de donner un exemple : « L’artisan pourrait par exemple venir sur un total de trois jours sur un chantier d’auto-réhabilitation : au départ pour montrer comment faire, puis revenir une seconde fois, quelques jours plus tard, pour des parties techniques et vérifier ce qui a été fait. Et une troisième, au terme du chantier, pour les finitions et une vérification finale. »

Bénéficier des aides de l’Anah

Le procédé pourrait de plus permettre aux bénéficiaires d’être aidés financièrement : « À partir du moment où un artisan est mobilisé, il est possible de prétendre à une subvention de l’Agence nationale de l’habitat (Anah). » Et la représentante de dASA de préciser ne pas chercher à vouloir marcher sur les plates-bandes de la fédération Soliha (Solidaires pour l’habitat), qui s’occupe des aides Anah. « On ne veut pas se mettre en concurrence. L’idée, ce serait plutôt que dASA soit porteur de ce côté ARA pour la région de Brioude, précise Clémence Hervieu. »

’association brivadoise, qui en est encore à la construction du projet, initié en 2019, « défriche », prend des contacts avec des artisans, qu’il reste encore à convaincre, notamment sur des questions d’assurance. En plus de profiter de l’expertise d’un artisan, le bénéficiaire pourrait en effet profiter de la garantie décennale que ce dernier met à disposition de ses clients. « Notre rôle, ce serait de mettre en lien artisan et porteur de projet et de faciliter le montage du dossier Anah », explique la représentante de dASA. Et le procédé pourrait être utilisé tant par les particuliers que les collectivités ayant des employés municipaux pouvant travailler avec l’artisan. L’association espère développer ce projet dans l’année.

Pierre Hébrard

Défiler vers le haut